Portrait

Portrait d'un conteur
David est né au cœur de Bruxelles par une belle nuit de juin.
Son histoire commence sur un tapis de jeux, là où les dinosaures côtoient les playmobils et les Hot Wheels.

 

En grandissant, le monde entier devient un prétexte à la créativité. Les avions passant au-dessus de lui deviennent des sorcières kidnappeuses d’enfants, les herbes et plantes dans le jardin de ses parents représentent des ingrédients pour des breuvages magiques. Les moments partagés avec sa cousine se transforment même en émissions de radio ou en cours improvisés pour peluches.

David devient adulte, mais l’imagination reste profondément ancrée en lui. La littérature et le cinéma en forment les deux piliers. Au gré de rencontres et de découvertes, son goût pour la fantasy et la science-fiction émerge, mais également son plaisir à faire frissonner les gens en inventant des histoires où réalité et fantastique s’entremêlent afin de procurer le plus délicieux des frissons.

A côté de cela, les jeux de rôle et les soirées enquêtes (murders) ont joué un rôle essentiel dans sa créativité. Fervent adepte des plaisirs de l’imaginaire, il tente d’emmener ses amis vers d’autres réalités : un monde médiéval fantastique, un univers post-apocalyptique, une réalité moderne avec des soupçons de science-fiction, une redécouverte des contes de fée : rien n’y échappe.

Peu à peu, son double héritage culturel prend toute sa valeur. De père italien (région de la Molise) et de mère 100% belge (moitié wallonne, moitie flamande), David s’intéresse à ses racines. Les traditions italiennes, le folklore flamand, les spécialités wallonnes : il est sur tous les fronts.
Une formation à l’Ecole Internationale du Conte de Bruxelles lui permet de se pencher sur ses identités à travers des histoires. Cette formation très riche lui apporte rencontres, échanges, retours sur les prestations, mais aussi l’occasion de s’essayer à des univers et à des personnages éloignés de sa zone de confort.

Aujourd’hui, David raconte. Que ce soit lors des scènes ouvertes, d’une balade contée ou d’un spectacle, il crée, s’amuse, joue avec les mots. Son répertoire évolue, ses envies aussi. Son goût de l’imaginaire et de la création demeurent toutefois intacts. Il explore à sa façon les contes dans lesquels il mêle des souvenirs d’enfance, des goûts ou des odeurs qui lui plaisent, des paysages qui l’émeuvent.

Retrouvez-moi sur Instagram : @setchaya
Retrouvez-moi sur Facebook: David Giuliano Conteur


Ateliers et formations suivis

  • Formation longue d’acteur-conteur à l’Ecole du Conte de Bruxelles (Théâtre de la Parole, anciennement Maison du Conte de Bruxelles) : septembre 2014 – juin 2017
    • Différents ateliers suivis avec les formateurs de l’Ecole du Conte, mais également avec des intervenants extérieurs : Michel Hindenoch, Didier Kowarsky, Aïni Iften, Odile Burley, Marc Aubaret, Anna Angelopoulos, Stéphane Georis, Jeanne Ferron
  • Atelier de clown à l’Ecole du Clown (Et qui libre asbl) à Grez-Doiceau : août 2017
  • Laboratoire d’exploration physique et poétique avec la compagnie La Variation des Constances : mai 2018
  • Théâtre d’objets avec Bernard Clair de MyPuppetProject : août 2018
  • Atelier d’écriture avec Henri Gougaud : novembre 2018
  • Initiation à l’improvisation avec Alain Stevens (Fondateur de la Ligue d’Improvisation Belge) : 11 et 12 février 2019
  • Ateliers sur le conte et l’oralité avec Michel Hindenoch : 2018 – aujourd’hui
Portrait d'un gourmand
Qui a dit que la gourmandise était un vilain défaut ?

Depuis tout petit, David aime passer sa tête dans la cuisine afin de voir ce qu’il s’y prépare. Il faut dire que chez lui, chaque repas était préparé avec des ingrédients frais et variés. Il a vite constaté qu’il appréciait particulièrement le sucré, mais les desserts, gâteaux ou biscuits n’étaient que rarement cuisinés chez lui.

Etant à moitié italien, ces origines prendront toute leur importance durant la période des fêtes. En Italie, on sait comment se faire plaisir et faire la fête ! A chaque fois, c’est l’occasion de se réunir avec ses proches autour de bons plats cuisinés en trop grande quantité, et surtout de mignardises et de desserts. David goûte tout, découvre, retient ce qu’il aime plus particulièrement et note ce qu’il apprécie moins.

Le temps passe, David quitte le nid familial pour habiter en couple. Aucun des deux n’a l’habitude de cuisiner des plats variés, ce qui fait que c’est souvent pareil. Cela dure quelques semaines, mais David va vite en avoir assez. Où sont donc passés les bons plats mijotés de son enfance ? Il prend une décision radicale : trouver des recettes. Il achète des livres de cuisine et s’attarde sur quelques sites internet, en notant précautionneusement ce qui l’intéresse. Et il cuisine. Il y a de belles réussites, de cuisants échecs. Surtout, David apprend.

Les mois passent, il gagne en confiance et en technique. Sa bibliothèque de livres de recettes se remplit à vue d’œil, et chaque repas est un prétexte à de nouvelles préparations et saveurs. Avec les années, David ose. Son palet s’affine, sa connaissance des ingrédients grandit, sa curiosité se déploie. Il mélange, il innove, il expérimente. Il s’inscrit à deux ou trois concours de cuisine et gagne. Quel plaisir !

Par un jour gris, il se dit « et pourquoi pas »? Il est un grand fan des émissions The Great British Bake Off / Le Meilleur Pâtissier / Bake Off Vlaanderen. Et s’il osait, s’inscrivait et voyait ce que ça pourrait donner ? Il remplit donc le questionnaire pour l’émission Bake Off Vlaanderen et attend.

Premier coup de fil, discussions, explications. Deuxième contact totalement inattendu : il est invité à se présenter dans les locaux avec quelques préparations de son cru. Il choisit des plats qui lui correspondent, des plats reliés à son histoire personnelle. Un bon moment mais tellement d’autres candidats, donc il rentre ravi mais peu confiant. Coup de fil : une autre rencontre est planifiée. Quoi ? Cuisiner du chocolat pour Herman Van Dender ? Oh mon Dieu. Il réfléchit, imagine 36 recettes mais rien ne le convainc. Et puis, l’idée avec sa touche personnelle et très originale. Arrivé sur place, il est confiant en ses goûts… mais absolument pas en sa présentation trop simpliste face à d’autres candidats de talents. Il s’explique, il donne tout, il répond aux questions. Il rentre chez lui une fois de plus content de cette expérience, mais certain que ça s’arrêtera. Jusqu’au coup de fil : « David, tu es sélectionné pour faire partie des 10 candidats de la saison 4 de Bake Off Vlaanderen ». Quoi ??

Son aventure débute sous la tente. Des épreuves de folie, l’occasion de repousser ses limites, mais surtout, SURTOUT, faire découvrir son univers particulier et ses goûts originaux. Il faut dire que face à lui se trouve un jury exceptionnel : Herman Van Dender et Regula Ysewijn lui donneront un retour riche et clair sur ses qualités et défauts. David venait chercher une réponse à la question « Mes créations sont-elles bonnes? ». Il y trouvera sa réponse grâce à un surnom donné par Regula : « de smakenmeester/meester van de smaak », autrement dit le « maitre des saveurs ».

Les épisodes sont disponibles sur le site web www.vier.be en version replay. Allez donc y faire un tour !

Pour suivre ses aventures culinaires, plusieurs solutions :

  • l’onglet « recettes » présent sur ce site ;
  • le suivre sur Instagram : @setchaya

Concours divers

  • Cook in City² (Bruxelles – 2012) : concours de cuisine gagné
  • Le Top Chef des téléspectacteurs (Bruxelles – 2014) : concours organisé par RTL-TVI dans le cadre de l’émission Top Chef et avec la présence de Julien Lapraille. Concours remporté.
  • Bake Off Vlaanderen (saison 4 – sur la chaine VIER) : 1/4 de finaliste

Peut-être le rencontrerez-vous lors d’un festival, d’une balade contée, d’un spectacle, ou au détour d’un chemin sinueux en forêt…